Aller le contenu

©Marie-Pierre Dieterlé

Dans ma famille, travailler, c’est gagner son indépendance et gagner sa liberté. Ça m’a vraiment poussée à faire des études.

Pendant les classes préparatoires, j’ai été plutôt protégée pour me consacrer à mes études, je ne me souciais pas des problèmes matériels. C’est un soutien moral très important.

Arrivée en école d’ingénieur, je ne connaissais rien en informatique. Ça a été une grande découverte pour moi et une marche importante à franchir.

Il ne faut pas se laisser influencer par des stéréotypes.

Il n’y a aucune raison valable, que ce soit intellectuellement ou physiquement, de ne pas faire de l’informatique quand on est une femme.

Extrait du texte de l’interview