Aller le contenu

©Marie-Pierre Dieterlé

Dans mon métier, il y a une phase d’investigation qui est assez intéressante, ça me plaît de résoudre les problèmes, de faire une sorte d’enquête.

J’ai toujours adoré les mathématiques, je trouve ça amusant, ça me détend.

J’ai hésité entre les stats et la crypto. Mais la crypto, c’était un challenge plus intéressant. 

Les mathématiques nous apprennent à avoir une souplesse d’esprit, une structure intellectuelle pour savoir chercher, savoir mettre en place des choses.

Il faut s’accrocher et travailler régulièrement, tout le monde est capable de faire des études de maths. Ce n’est pas parce qu’avant, on n’a pas réussi qu’on ne peut pas y arriver après. Ça ne présage en rien de nos capacités futures.

Extrait du texte de l’interview