Aller le contenu

©Marie-Pierre Dieterlé

Je calcule des solutions approchées pour des modèles qui proviennent essentiellement de la physique ou de la biologie.

Déjà au lycée, j’avais une fascination pour le métier de chercheur, ce qui est assez étrange parce que je n’en connaissais aucun dans mon entourage. C’était un rêve.

Mon métier me permet d’apprendre de nouvelles choses quasiment tous les jours. 

Ce que j’aime vraiment dans ce métier, c’est la diversité et la liberté.

Je  prends volontiers des charges d’enseignement, cela me permet de connaître des étudiant·es, de leur proposer des sujets de stage et de les initier à la recherche. L’interaction est toujours très riche. 

Extrait du texte de l’interview